RecycLivre, donner une seconde vie aux livres Lecture : 10 min
  1. Accueil
  2. Style de vie
  3. RecycLivre, donner une seconde vie aux livres

RecycLivre, donner une seconde vie aux livres

Acheter un livre neuf sur Amazon, c’est tellement simple et rapide. Pourtant, à quoi bon investir dans un livre qui finira sur une étagère ou au fond d’un carton ? RecycLivre est une entreprise intelligente et responsable, qui permet à des milliers d’arbres d’éviter la tronçonneuse chaque année.


Acheter un livre neuf sur Amazon, c’est tellement simple et rapide. Pourtant, à quoi bon investir dans un livre qui finira sur une étagère ou au fond d’un carton ? RecycLivre est une entreprise intelligente et responsable, qui permet à des milliers d’arbres d’éviter la tronçonneuse chaque année.

Vous ne regarderez plus jamais vos livres comme avant

Il est dit que lire est un plaisir nourrissant l’esprit. Mais le livre est-il si inoffensif qu’il y paraît ? Si vous avez l’âme un peu écolo, vous allez vite vous rendre compte que le livre est assez polluant. Pour qu’un livre soit édité, une grande consommation d’eau, d’énergie et de matière première est nécessaire. Sans compter l’encre et le transport

Donner vie à un ouvrage de poche de 15 x 21 cm et de 150 pages environ nécessite 2 tonnes de papier. Papier qui, rappelons-le, contribue souvent à la déforestation. En effet, le papier était autrefois fabriqué par des bois de trituration (feuillus et résineux issus de coupe d’éclaircie dans les forêts ou de rejets de scierie). Mais, la demande grandissante, les forêts primaires du Brésil, Chine ou même Indonésie sont aujourd’hui menacées.

Une fois le bois coupé, il doit être transformé en pâte à papier. Elle est généralement obtenue par broyage du bois et par isolation de la cellulose de lignine en chauffant fortement le bois par un procédé chimique. Pour blanchir la pâte à papier, les gaz chlorés ne sont plus utilisés, car estimés trop polluants. Des techniques plus « saines » sont aujourd’hui pratiquées en Europe, comme l’utilisation du peroxyde d’hydrogène et de l’ozone.

Livre pas si écologique

L’industrie papetière est classée au second rang européen des plus gros consommateurs d’eau douce. En d’autres termes, 70 % des impacts environnementaux des livres sont dus à la fabrication du papier.

Les feuilles doivent ensuite être transportées vers les imprimeurs par camion. L’imprimeur imprime le livre en vue de le vendre. Cela génère plus de 1 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Sans parler des produits chimiques divers que les imprimeries utilisent. Ces ouvrages seront alors transportés à nouveau en camion vers divers points de vente.

Ils seront ensuite achetés puis une fois lus, soit stockés chez les particuliers, soit donnés, soit jetés ou incinérés. Dans le meilleur des cas, le papier est recyclé.

Les impacts des livres sur l’environnement et sur la santé

Porter atteinte aux forêts primaires en les remplaçant par de l’eucalyptus entraîne la perte de certaines espèces (Orang-Outangs, tigres de Sumatra, éléphants, etc.), mais également l’érosion des sols. De plus, la déforestation accentue les émissions de gaz à effet de serre, conséquence directe du dérèglement climatique.

Les usines de fabrication de papier consomment une grande quantité d’eau douce, polluent énormément. Elles encouragent l’utilisation des transports pour amener la matière première jusqu’à elle et distribuer les feuilles produites dans le monde entier. D’autre part, l’utilisation de substances chimiques tant pour blanchir que pour fabriquer le papier nuit à l’air et à l’eau. Elles peuvent également être potentiellement nocives pour l’Homme.

Et le papier recyclé dans tout ça ?

S’il est possible de fabriquer du papier recyclé, il faut deux critères :

– Bien trier ses ordures pour valoriser ses déchets

– Accepter d’avoir, in fine, un papier moins blanc

Tous les papiers peuvent être recyclés, sauf les lingettes, les papiers mouchoirs et les emballages alimentaires. Pourtant, seuls 66 % des déchets papier sont recyclés dans l’hexagone. Après avoir désencré le papier recyclé, il est fin prêt à être remis dans le circuit de fabrication. Le procédé est donc le même que le papier conventionnel.

Acheter un livre imprimé sur papier recyclé permet donc de préserver les ressources naturelles et les forêts primaires. Certains éditeurs publient des ouvrages sur des papiers dits mélangés. Pour porter la mention « papier recyclé », il doit être composé d’au moins 50 % de papiers issus de recyclage. Voici donc toutes les raisons pour lesquelles l’édition d’un livre est loin d’être très écologique.

Recyclivre, le superhéros des livres

Une fois un livre acheté et lu, que devient-il ? Si vous faites partie de ces lecteurs qui entassent les livres à la cave ou sur des bibliothèques qui vomissent d’ouvrages, voici une entreprise qui pourrait vous aider.

Recyclivre, qu’est ce que c’est ?

Il s’agit d’un site de vente de livres d’occasion unique en son genre. En effet, derrière cette plateforme informatique existe un réel but : créer un lien entre les populations défavorisées, l’écologie et les clients.

Comment ça marche ?

Créée en 2008, la société RecycLivre propose aux collectivités, particuliers ou même aux entreprises, de récupérer gratuitement les livres d’occasion qu’ils possèdent. Par soucis écologique, la tournée s’effectue dans une camionnette électrique et ne nécessite aucun emballage puisque RecycLivre vient directement chez vous avec ses propres cartons. Il est également possible de les déposer directement dans les bureaux de l’entreprise.

Elle collecte les livres en bon état et dont le contenu est toujours d’actualité. Voici donc une liste non exhaustive des ouvrages que RecycLivre ne récupèrere pas :

– Dictionnaires

– Encyclopédies

– Livres clubs (France Loisirs, Sélection du livre…)

– Manuels scolaires

– Revues

– Journaux

– Guides de voyages

– Les ouvrages en langues étrangères

– Les livres sans code-barre

seconde vie aux livres

Le but est donc de leur donner une seconde vie en les vendant sur leur site. Pas moins de 4 000 livres sont ainsi collectés par jour à Paris par exemple.

Mais avant d’être proposé à la vente, chaque ouvrage est trié et saisi informatiquement. Un algorithme spécifique indique si l’ouvrage peut être mis en vente ou s’il doit être recyclé. Pour cela, le logiciel se base sur la demande potentielle, l’état des stocks, la rentabilité, etc. Sur les 10 millions de livres collectés, 3,5 millions ont été revendus.

Les livres sont mis à la vente pour toute personne désireuse, directement sur le site internet.

Des gains, mais surtout des dons

Le but de RecycLivre n’est pas le profit, mais plutôt la redistribution. En effet, l’entreprise choisit en premier lieu, des partenaires responsables. Ainsi, c’est à Ares Services, une entreprise logistique embauchant des personnes en difficulté durant 2 ans en vue de leur proposer un retour à l’emploi durable, que l’entreprise RecycLivre confie tous les ouvrages.

Pas moins de 25 personnes travaillent désormais chez Ares Services pour la gestion de RecycLivre. Pour cela, l’entreprise se doit de pouvoir s’autofinancer pour continuer à verser ses dons pour la lutte contre l’illettrisme et pour conserver les emplois qu’elle génère.

Et c’est là que tout le côté responsable de l’entreprise prend encore plus de sens : à chaque vente effectuée, 25 centimes sont alors donnés à des programmes éducatifs (associations ou autres), et ce, dans le monde entier. Plus de 1,5 million d’euros ont ainsi pu être reversés à diverses associations.

De même, d’après les compteurs présents sur la page d’accueil du site, ce sont près de 29 150 arbres qui ont également pu être épargnés et plus d’un bon milliard de litres d’eau économisés.

RecycLivre va encore plus loin

Parce qu’il arrive que des associations ou des œuvres de charité ne trouvent pas d’acquéreurs pour les ouvrages qu’ils récupèrent ou mettent en vente, RecycLivre a décidé d’agir.

L’entreprise a établi un partenariat avec Emmaüs, le Secours Populaire, etc., pour permettre une meilleure gestion. Grâce à leur logistique et leurs algorithmes, ils sont en mesure de communiquer à ces associations quels sont les livres qu’ils peuvent mettre en vente en boutique, ceux qui resteront à coup sûr sur les étals et ceux que RecycLivre peut récupérer pour une mise en vente sur leur site.
Chaque trimestre, un rapport est envoyé aux associations partenaires et 10 % du prix de vente leur est également reversé. Le même principe est appliqué aux bibliothèques et entreprises partenaires. Toutefois, les 10 % prélevés sur les ventes sont restitués à l’association de leur choix.

livre RecycLivre

D’autre part, la société prend désormais en charge les CDs, les DVDs, et les jeux vidéo pour les remettre dans le circuit sans pour autant les mettre à la poubelle.

RecycLivre, un succès qui se développe

Après avoir été lauréats du 8e concours européen de l’Entreprise innovante et lauréat du 2e concours SFR Jeunes Talents Innovation et lauréats des Axylia Awards 2016, RecycLivre a été finaliste des European Business Awards en représentant la France et lauréats du prix Entreprise sociale et solidaire en 2017. La même année, l’entreprise décroche la première place du Grand prix des bonnes nouvelles des territoires (Prix ESS 2017).

Initialement basée à Paris, RecycLive compte aujourd’hui 7 antennes dans l’hexagone : Toulouse, Lille, Strasbourg, Nantes, Paris, Bordeaux et Lyon. Un nouveau point vient d’ouvrir à Madrid en Espagne. RecycLivre a pour ambition de se développer dans l’Europe entière pour préserver un maximum la planète.

Vous souhaitez acheter un livre pour les études, pour offrir ou tout simplement pour le plaisir de le lire. Pensez à aller jeter un œil sur RecycLivre !